Revue de presse Afrique - À la Une: le Bénin et le Tchad, deux présidentielles verrouillées

4:17
 
שתפו
 

Manage episode 289827734 series 1011284
על ידי France Médias Monde התגלה על ידי Player FM והקהילה שלנו - זכויות היוצרים שמורות למפרסם, לא ל-Player FM, והשמע מוזרם ישירות מהשרתים שלכם. הירשמו כדי לעקוב אחר עדכונים ב-Player FM, או הדביקו את כתובת העדכונים באפליקציות פודקאסט אחרות.
« En Afrique, les élections présidentielles se suivent et se ressemblent, pointe WakatSéra à Ouagadougou. Que ce soit au Bénin ou au Tchad qui ont vécu une journée électorale, plus ou moins calme hier dimanche. Un calme qui précède la tempête ? Peut-être bien, car sans souhaiter un quelconque trouble dans ces pays, nul n’est besoin d’être devin ou politologue de haut vol pour affirmer que cette journée électorale n’a été paisible que parce que, pour la plupart, les bureaux de vote, au Bénin où au Tchad, n’ont pas connu l’affluence attendue. (…) Pourtant, relève encore WakatSéra, ils étaient près de 5 et 7 millions d’électeurs, respectivement au Bénin et au Tchad, à avoir pris rendez-vous avec ces présidentielles qui devaient ouvrir la voie au changement ou confirmer la continuité. Malheureusement, la compétition, tant à Porto-Novo qu’à N’Djamena, était verrouillée. Pour aller à la reconquête de leurs fauteuils sans coup férir, Patrice Talon et Idriss Deby Itno, ont fait le vide d’opposants autour d’eux. » Irrégularités… Pour ce qui est du Bénin, certains médias pointent du doigt ce matin les irrégularités du scrutin… La Nouvelle Tribune rapporte les conclusions de la plateforme électorale des organisations de la société civile qui a suivi le déroulement du vote. Cette « plateforme a noté dans tous les départements des tentatives de pression, d’intimidation, de menaces, de troubles à l’ordre public, de corruption ou de harcèlement des électeurs. » « Des bourrages d’urnes, des intimidations et des séquestrations signalées par la société civile », renchérit le site d’information Banouto. Élu certes, mais avec quelle participation ? Il ne fait guère de doute que le président Patrice Talon va être réélu, très certainement même dès le premier tour, pointe Le Monde Afrique. « Le taux de participation (un peu plus de 66% en 2016) est le grand inconnu de ce scrutin. De lui dépend la légitimité de Patrice Talon. (…) Dans les bureaux de vote visités par l’envoyé spécial du Monde à Cotonou et Porto Novo, la participation ne dépassait pas 50 % et le score de Patrice Talon oscillait entre 80 et 93 %. » Les résultats, sur l’ensemble du territoire béninois, sont attendus à partir de ce lundi. Déby l’inamovible… Au Tchad, à présent, « la Céni (la Commission Électorale), dans un communiqué laconique, s’est félicitée de la bonne tenue de l’élection présidentielle. » C’est ce que relève le site Tchad Infos, sans autre forme de commentaire. Là aussi, pas de surprise à attendre… Et Le Pays au Burkina ne mâche pas ses mots : « Le simulacre de scrutin présidentiel s’est achevé hier comme il avait commencé, dans l’indifférence quasi générale des 7 millions et demi d’électeurs potentiels. La raison principale : le manque d’enjeu réel du scrutin, avec l’actuel et inamovible président, Idriss Déby Itno, certain de rester à son poste (…). La seule énigme, si énigme il y a, c’est le score que la commission électorale prétendument indépendante va lui accorder. (…) Mais il serait étonnant que le Maréchal Déby fasse moins bien que l’autre satrape de l’Afrique centrale, Denis Sassou Nguesso, qui a raflé sans gêne près de 89% des suffrages lors de la présidentielle au Congo-Brazzaville en mars dernier. » Près de la moitié de la population sous le seuil de pauvreté « Le "Maréchal du Sahel" toutes voiles dehors pour l’emporter par KO !!! », s’exclame pour sa part Le Nouvel Observateur à Kinshasa. « La majorité des habitants semble cependant se désintéresser d’un scrutin "joué d’avance", elle qui tente péniblement de joindre les deux bouts, entre deux coupures d’eau et d’électricité, parfois plusieurs jours d’affilée. » Et le bi-hebdo congolais de rappeler que « le Tchad est classé au 187e rang sur 189, selon l’indice de Développement Humain du programme des Nations-Unies pour le développement en 2020. En 2018, 42 % de la population vivait sous le seuil de pauvreté, selon la Banque mondiale. » Qui plus est, le président tchadien pourrait encore s’éterniser au pouvoir… C’est ce que remarque notamment WalfQuotidien à Dakar : « Le maréchal Idriss Déby Itno, au pouvoir depuis 31 ans, sollicite un sixième mandat qui sera cette fois de six ans. En 2018, l’Assemblée nationale tchadienne a voté une nouvelle Constitution qui limite à deux le nombre de mandats présidentiels tout en allongeant sa durée de cinq à six ans. Cette modification ne tient pas compte des précédents mandats d’Idriss Déby, qui pourrait ainsi rester au pouvoir jusqu’en… 2033. »

1370 פרקים